[big_title]VOYAGE RATÉ A L’AUTRE BOUT DU MONDE : COMMENT LE GÉRER ? [/big_title]

Voyage prévu à l’avance et totalement raté à l’arrivée… Hé oui ! Cela peut arriver même au plus perfectionniste d’entre nous. Car ce que l’on prévoit longtemps à l’avance, n’est pas forcément gage de réussite, dans le sens où cela ne nous met pas à l’abri des imprévus.

Cela est encore plus vrai, lorsque la destination rêvée se trouve… à l’autre bout du monde. Alors, comment réussir à tirer parti de vos vacances où que vous soyez ? Et finir par en garder de bons souvenirs ? Nous espérons de tout cœur que nos six conseils vous seront d’une aide précieuse. Gardons à l’esprit, que  nous ne sommes ni maître du temps et encore moins des circonstances !

C’est souvent enivrant l’idée d’entreprendre un voyage, une espèce d’euphorie entre crainte et joie nous envahit, elle est particulièrement renforcée lorsque nous décidons de quitter notre zone de confort, pour découvrir des lieux différents : un pays, une ville, une culture…

voyage-à l'autre-bout-du-monde

C’est là que les plus organisés entrent en action : billets d’avion (s’il y a lieu), réservation de chambres d’hôtel, “pré-repérage” des lieux à visiter sur internet, petit guide touristique à parcourir… tous ces efforts valent la peine pour programmer un voyage digne de ce nom.

De notre côté, le livret touristique  de voyage décrivait, l’île de Beras Basah, (qui se trouve dans la ville de Bontang en Indonésie) de manière  paradisiaque. Décrite comme un petit village de pêcheurs  au bord de la côte, avec une belle plage de sable fin et blanc… à perte de vue. On nous y promettait le grand bleu, avec la possibilité de faire du snorkeling et des promenades en bateau… bref, farniente et moments de bonheur en perspective. Que demande le peuple, dans de telles conditions dites-moi ! 😉

voyage-a-l'autre-bout-du-monde

[big_title2]1) ETRE DANS DE BONNES DISPOSITIONS AVANT LE DEPART POUR GERER LES ALÉAS[/big_title2]

Nos valises étaient bouclées depuis la veille.  De bon matin, nous avons quitté Balikpapan où nous habitions, pour prendre la route vers Bontang (qui est située à environ 5 heures de route). Le temps était superb, un beau ciel bleu, les cocotiers tout le long de la route… Les vacances idéales comme on en rêve, dans les contrées exotiques.

voyage-à-l'autre-bout-du-monde

voyage-à-l'autre bout-du- monde

Cependant, faire le choix de prendre la route dans les pays chauds n’est pas sans désagréments. Il faut endurer la chaleur, doubler de vigilance sur les routes  souvent sinueuses, où les panneaux signalétiques font cruellement défauts. Et même quelques fois, faire de grands détours lorsque la route est impraticable à cause d’une érosion.

Il faut être mentalement fort et être prêt à accepter les conditions dans lesquelles vous vous trouvez. C’est impératif de garder son sens de l’humour et acceptez cette logique, “pas   logique” qui s’impose à vous.

Vous avez décidé de sortir de votre zone de confort ? Vous devrez aussi accepter de ne pas, pouvoir être au contrôle de tout.

voyage-a-l'autre-bout-du-monde

Concentrez-vous sur la beauté des paysages qui défilent, faites de la traversée de petits villages un pur moment de ravissement. Pour les amateurs de photos, c’est l’occasion de ne pas lâcher son matérielFaites barrage aux pensées négatives, qui commencent à vous traverser l’esprit et gardez autour de vous cette  atmosphère de vacance pleines de découvertes.

[big_title2]2) RESTEZ COURTOIS EN TOUTES CIRCONSTANCES[/big_title2]

Nous étions  arrivés sur les lieux dans l’après-midi et sur  place, la situation était moins belle que sur la route. Pour faire court, Bontang s’est avéré être une petite ville bien silencieuse… trop silencieuse et bien moins festive, que nous le donnait à croire le guide. Pas âme qui vive, comme  dans un célèbre western :“Le train sifflera trois fois”. Et bien sûr, l’éternel questionnement, sommes nous bien au bon endroit ?

Après, exploration des lieux à pieds, nous avons enfin pu apercevoir au loin notre hôtel, qui était perché au-dessus d’une colline.

voyage-a-l'autre-bout-du-monde (2)

La suite familiale que nous avons réservée, s’est avérée être une véritable catastrophe. La chambre bien que belle et rangée, était humide et infestée de cafards. Pour couronner le tout, une odeur âcre flottait dans l’air et vous prenait au cou. Non pas par manque d’hygiène, mais simplement parce que dans un patelin du genre, les hôtels ne sont pas aussi fréquentés que dans les grandes villes touristiques, où le nettoyage se fait quotidiennement. De plus, le climat tropical est propice à la prolifération de petites bestioles.

Une fois que nous avons « froidement » analysé la situation, nous avons demandé des chambres simples. Et là quelle belle surprise ! Elles étaient juste meilleures. Nous aurions pu passer notre temps à nous disputer avec l’hôtelier, et rester braqués  sur ce détail, pour finir par garder un souvenir  amer. Au lieu de cela,  nous avons demandé à voir le gérant de l’hôtel, qui n’a pas hésité une seule fois à nous changer de chambre. Comme quoi les choses changent à l’autre bout du monde, et une suite de luxe, peut s’avérer être la chambre à ne surtout pas choisir. 😉

voyage-a-l'autre-bout-du-monde (3)

[big_title2]3) ACCEPTEZ LES CHANGEMENTS DE PROGRAMMES[/big_title2]

Quelques temps plus tard, nous avons décidé d’aller nous baigner histoire de « piquer une tête »  dans le grand bleu, le souvenir de la photo de l’île vu sur internet, me rendait impatiente. Nous avons donc pris une vedette, qui nous a déposé sur l’île de Beras Basah à 35 minutes de Bontang.

voyage-a-l'autre-bout-du-monde (4)

C’est là qu’une fois encore, la réalité nous a  frappé de plein fouet. Beras Basah s’est avéré être une curiosité touristique plus qu’autre chose. La belle plage de sable fin aux beaux coquillages, était remplie de déchets (bouteilles cassées, bouts de papiers éparpillés çà et là le long de la côte), un vrai dépotoir. Lorsque nous avons mis les pieds dans l’eau, nous nous sommes aperçus qu’il y avait des grosses pierres de construction, des dalles de béton et de la ferraille enfouies sous l’eau. Adieu baignade et plongées insouciantes !

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (8)

voyage-a-l'autre-bout-du-monde (6)

Nous avons décidé de prendre les choses en main et d’opter pour le mode « sauvetage », autrement dit, sauver ces vacances ou ce qui pouvait encore l’être.  Nous avons choisi de revoir  le programme et faire de ce petit moment un instant agréable. Nous nous sommes promenés dans les environs, à regarder les bateaux accostés, tout en contemplant les enfants qui jouaient sur la plage, sous un beau couché de soleil.

Dans de telles conditions, il faut prendre le temps de faire toutes ces petites choses que nous ne faisons pas toujours, pris dans l’agitation et la course du monde moderne… c’est à dire,  juste profiter de l’instant présent.

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (7)

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (3)

[big_title2]4) EXPLOREZ LES ENVIRONS[/big_title2]

Nous avons pris le parti de découvrir, cette petite ville bien tranquille. Nous sommes allés au marché, nous nous sommes promenés dans les rues étroites des quartiers, qui respirent de créativité et de beauté, nous avons visité des artisans locaux. Et grâce à cette activité, j’ai pu dénicher un magnifique bateau en bois, qui trône  encore fièrement dans mon salon et qui me rappelle cette aventure.

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (5)

voyage-a-l'autre-bout-du-monde (7)

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (9)

Nous avons discutés de tout et de rien, dans un café du coin avec les habitants, qui sont d’ailleurs très accueillants. Nous nous sommes laissés interrogés par des curieux, qui se demandaient surpris ce que nous venions faire dans un coin pareil. C’est vous dire ! 😉

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (6)

voyage-autour-du-monde (3)

Nous avons finalement appris la véritable histoire de l’île. Auparavant, elle était exactement comme décrite dans le livret. L’île était l’une des attractions touristiques, la plus prisée des voyageurs et des locaux qui s’y rendaient surtout les  weekends. Par la suite, une grande compagnie de liquéfaction de gaz naturel s’y est installée. L’’île s’est transformée en un géant dépotoir, d’où  le fond de mer rempli de saletés de tous genres.

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (4)

voyage-autour-du-monde

Nous étions bien contents de ce moment passé à discuter, au lieu de rester enfermés dans notre chambre d’hôtel, à siroter un jus exotique sur un transat au bord de la piscine, nous avons pu découvrir la ville et apprendre de nouvelles choses.

[big_title2]5) RENCONTREZ LES HABITANTS [/big_title2]

vouyage-à-l'autre-bout-du-monde

Dans ces petites îles, les étrangers ne peuvent pas passer inaperçus, car tout le monde connaît “tout le monde”. Un matin, nous avons engagé une conversation avec une dame d’une extrême gentillesse, dans le hall de l’hôtel,  il s’est avéré à la fin, qu’elle n’était autre que la femme de l’ancien maire de la ville. Cette dernière, après avoir écouté nos mésaventures, racontées malgré tout avec humour, nous a invité à visiter un parc d’attraction qui était en fin de construction.

Nos enfants ont alors eu l’opportunité, de faire du pédalo et de la barque sur un lac et bien d’autres attractions, gratuitement… comme quoi !

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (10)

voyage-autour-du-monde (2)

voyage-à-l'autre-bout-du-monde (11)

voyage-au-bout-du-monde
voyage-au-bout-du-monde (2)

Nous avons compris, combien de belles occasions peuvent nous passer sous le nez lorsque l’on choisit la mauvaise attitude, l’option de rouler en mode “retrait”. Etre cloîtré chez soi à ruminer, à se lamenter… n’a jamais arrangé les choses.

L’autre attitude  à déconseiller, c’est de partir en vacances ou vivre dans un pays étranger et éviter à tout prix ses habitants, en restant en petite communauté d’étrangers. Nous déplorons, cette attitude parce que la plupart de ces groupes “exclusifs”, ne se fréquenteraient probablement pas, s’ils se trouvaient dans leur propre pays.

Dans nos nombreux déplacements, nous l’avons souvent noté, cette attitude contradictoire, mourir d’envie d’aller à l’étranger pour rester loin des étrangers ! Bon, heureusement comme dans toutes les règles il y a des exceptions.

[big_title2]6) APPRENEZ LA LANGUE DU PAYS[/big_title2]

Une autre chose qui me semble essentielle, est d’apprendre à parler la langue ou les mots clés du pays où l’on se rend. Surtout si vous devez y rester pendant longtemps, pour expatriation par exemple ou pour une toute autre raison. Ayez toujours votre dictionnaire sur vous. Aujourd’hui il y a des milliers de méthodes et d’applications, pour vous faciliter l’apprentissage d’une langue.

Avant tout, gardez à l’esprit que l’essentiel c’est de communiquer et ce, même avec des signes. Vous vivrez ainsi, une réelle immersion et tisserez des liens plus forts.

voyage-autour-du-monde (4)

voyage-autor-du-monde

Maintenant que les six clés pour réussir vos vacances à l’autre bout du monde sont entre vos mains, retenez surtout que la seule personne capable de rendre meilleur votre séjour, c’est vous ! Car votre attitude y est de beaucoup…

Alors gérer les imprévus, rester zen, et surtout garder le sens de l’humour, jusqu’au bout :-)Vous aurez ainsi des choses bien plus amusantes à raconter à votre retour, peut-être même à faire mourir de rire votre entourage.

Et vous, avez-vous déjà été dans une situation,  qui a complètement échappée à votre contrôle pendant vos vacances ? Dîtes nous tout en commentaire ou sur notre page Facebook. 😉

voyage-autour-du-monde (5)

Samba Sisters Touch
Les Auteures

Les très créatives sœurs Anne-Marie et Véronique, à l'origine de Samba Sisters Touch, nous livrent ici plein de bonnes idées et de belles inspirations à coup de DIY bien pensés. Elles partagent bon nombre d'astuces et de conseils avisés, au travers de ce qu'elles appellent « La Sisters Touch ». Jamais l’une sans l’autre, elles forment une belle équipe, avec une vraie complicité créative.

2 commentaires

  1. Super articles les filles ! J’espère que vous avez adoré votre séjour ! Je rajouterai que le mieux, c’est de partir avec sa naïveté et son ouverture d’esprit ! Je crois que les plus beaux voyages sont ceux qui nous bousculent dans nos croyances ! Et, pour ça rien de mieux que de se mêler à la population locale, vivre comme elle !
    Belle soirée à vous !
    Elodie

    • Samba Sisters Touch
      Samba Sisters Touch Répondre

      Merci Élodie, pour ce commentaire pertinent ! En effet, rien de plus édifiant que de se mêler à la population locale pour mieux l’appréhender. A très bientôt 😉

Ecrire un commentaire